Une lecture critique d’Abondance et liberté de Pierre Charbonnier

Séminaire interne d’André Estevez-Torres, CNRS, Sorbonne Université et Ecopolien.
lundi 25 jan. 2020 16h00, en visioconférence

Résumé

L’ouvrage Abondance et liberté, de Pierre Charbonnier, a fait couler de l’encre depuis sa publication début 2020 (1). Et pour cause, car il propose de revisiter l’histoire des idées politiques occidentales depuis deux siècles sous l’angle environnemental. Je donnerai ici un point de vue de non-spécialiste sur cet ouvrage riche, dense et parfois obscur mais qui a le mérite de nous aider à penser deux questions cruciales: pourquoi le pacte libéral qui noue croissance et démocratie a eu tellement de succès? En quoi est-t-il dépendant de prélèvements irréversible sur la nature? Je résumerai les trois phases historiques distinguées par l’auteur pour décrire l’enchevêtrement entre les deux concepts qui guident son ouvrage. D’abord, l’âge pré-industrielle qui voit naître la théorie libérale avec Adam Smith. Ensuite, la révolution industrielle où le pacte libéral s’adapte aux nouvelles énergies fossiles et où naît également le socialisme comme réponse au choc induit par ces énergies. La grande accélération, enfin, qui débute après la 2ème guerre avec, notamment, le paradigme des limites et la bioéconomie. La question qui traverse l’ouvrage est: pourra-t-on maintenir une certaine liberté en absence d’abondance matérielle? L’auteur n’y répond pas, mais nous aide à la poser dans des termes stimulants, notamment en revenant sur la naissance de la pensée technocratique, l’importance du socialisme comme amortisseur social suite à la révolution industrielle et l’interprétation que Polanyi donne de la Grande Transformation opérée dans le monde pendant les années 1930s. Le séminaire sera suivi d’un débat.

Notes

(1) Plusieurs recensions de l’ouvrage: