Transitions énergétiques et changements sociétaux : changements de ressources / changements de pouvoirs

Angélique Palle, Institut de recherche stratégique de l’Ecole Militaire / Chercheure associée, UMR Prodig et Ecopolien.
Vendredi 16 avril 2021 16h00, en visioconférence

Résumé

Qui est légitime pour décider d’une politique de transition énergétique ? Quelle est l’échelle optimale pour la mettre en œuvre ? Quels sont les acteurs les plus à même d’en porter les projets ?  

Dans cette session du séminaire interne de l’ecopolien, on parlera de la question des rapports de pouvoir dans les transitions énergétiques et particulièrement de la transition en cours.

Le propos se fonde sur une hypothèse développée par l’histoire des transitions énergétiques : les transitions sont des vecteurs de profonds changements sociétaux. Il peut s’agir de changements de propriété des structures de production, de changements de rapports entre espaces de production et de consommation, parfois de changements de structures politiques, etc.

A partir de cette hypothèse, on peut poser la question des effets sur notre (nos) sociétés du processus de transition en cours. Je propose pour y réfléchir un prisme de géographie politique et de géopolitique des ressources qui considère les transitions énergétiques comme des changements de ressources énergétiques et s’intéresse particulièrement à la territorialisation de ces changements de ressources et aux rapports de pouvoir entre acteurs qui en sont issus. La notion de territorialisation questionne, entre autres, la façon dont les acteurs s’approprient un espace y déploient des stratégies d’action et construisent une identité autour de cet espace. A partir d’exemples à plusieurs échelles (de la politique énergétique européenne aux acteurs locaux) on explorera la façon dont les acteurs de la transition énergétique européenne construisent des territorialisations et des représentations différentes de ce qu’est et doit être une transition énergétique. Ces différences de représentation conduisent parfois à des situations de « conflit d’acteur » qu’analyse la géopolitique nous permettront aussi d’interroger la façon dont ces processus de transition redessinent certains rapports de force au sein de nos sociétés (public/privé, local/national, rural/urbain etc.).

Le séminaire sera suivi d’un débat.