Ecomodernisme, greenwashing structurel et techno-optimisme

Emmanuel Ferrand, Maître de conférences HDR en mathématiques, IMJ-PRG, Sorbonne Université.
Mercredi 7 juillet 16h-18h

Une transition de phase s’est opérée ces dernières années : le changement climatique, l’érosion de la biodiversité et la crises des ressources sont désormais bien reconnues dans les cercles dirigeants, dans les institutions, et dans certaines catégories de la population. Ces thèmes sont omniprésents dans les média, les librairies sont submergées par une surproduction éditoriale.

Les climatosceptiques, aujourd’hui transmutés en « climatoréalistes », sont certes toujours actifs dans certains milieux (y compris dans le public éduqué scientifiquement), mais, devenus minoritaires, ils attaquent avec une mentalité d’assiégés. A côté de cela, on constate une instrumentalisation à grande échelle des thématiques environnementales sous forme greenwashing cynique, ou bien, de manière plus structurelle, en alimentant l’écosystème « solutioniste » des startups : le capitalisme prend appui sur les crises pour se renouveler, selon des processus identifiés depuis longtemps.

Dans cet exposé je voudrais rendre compte de certaines expériences « en immersion » plus ou moins récentes que j’ai pu avoir au contact de ces milieux d’affaires, dans le monde des ingénieurs et surtout avec certains collègues universitaires, souvent très estimables et surtout sincères.

Seront abordés aussi bien des auteurs peu recommandables mais influents comme Luc Ferry (j’ai lu pour vous son dernier livre !) que des projets où, pour le meilleur ou pour le pire, nous sommes impliqués de près ou de loin, en tant qu’universitaires, comme SU-ITE, l’OIN Paris-Saclay, Horizon-Europe, les chaires financées dans nos organismes par de grands groupes industriels (TOTAL-ENERGIE, BNP-Paribas, Vinci), ainsi que des situations plus complexes, comme le partenariat entre le réseau INSA (écoles d’ingénieurs) et le Shift Project.

J’aimerai partager mes inquiétudes sur la difficulté des combats qu’il faudra mener dans un contexte d’appropriation et de banalisation des constats environnementaux.