Conférence-débat : Allons-nous continuer la recherche scientifique ?

Avec: N. et E., doctorants à Sorbonne U. et à U. Paris Saclay.
Date: Jeudi 5/11/2020 à 16h.
Lieu: En visio.

Résumé

Dans les années 1970 a émergé un important courant de critique des sciences porté par les scientifiques elleux-mêmes, tant sur la vie dans les laboratoires (Impasciences, Labo-contestation), que sur les conséquences sociales et écologiques de la recherche (Survivre et Vivre).
En 2020, dans un contexte de crises sociale et écologique exacerbées, les problématiques qu’iels soulèvent sont plus que jamais d’actualité. Pourtant rien n’a réellement changé et l’héritage de ces critiques semble s’être en partie perdu.
Que pouvons-nous tirer de leurs expériences ? Comment prendre parti aujourd’hui en temps que scientifique ?
On est un petit groupe de thésard-es/postdocs/ingénieur-es directement touché-es par ces questions, que l’on veut aborder d’un point de vue pratique pour dégager des perspectives concrètes. L’objectif de la discussion est de présenter nos positions actuelles et leurs relations avec celles de nos prédécesseur-es.

Ce séminaire débat est co-organisé avec le groupe de travail ‘Faire de la recherche dans un monde fini‘ associé à l’Institut de la Transition Environnementale de Sorbonne Université.

Compte rendu

Les deux jeunes doctorants  ont fait un exposé passionnant autour de deux sujets. Dans une premier temps ils on résumé le mouvement ‘Survivre et vivre’ apparu dans les années 70’s autour de la figure de Grothendieck. Ensuite ils ont proposé leur réponse à la question ci-dessus par l’affirmative, en avançant comme hypothèse la pratique d’une activité scientifique sérieuse en dehors du milieu scientifique.
Leur exposé sur le mouvement Survivre et vivre est tiré du livre ‘Survivre et vivreCritique de la science, naissance de l’écologie’ (https://www.lechappee.org/collections/frankenstein/survivre-et-vivre). Dans cette histoire ils ont été particulièrement intéressés par savoir où est passé l’héritage de ce mouvement. En effet, beaucoup des questions qu’ils se posaient il y a 50 ans sont d’une actualité brûlante.
Tout d’abord il faut tenir compte d’où vient Grothendieck, un de plus grands mathématiciens français, et fondateur de ce mouvement. En 1935 est fondé le groupe Bourbak dont un des buts est faire des mathématiques extrêmement abstraites pour  qu’elles ne soient pas utilisées à de fins nuisibles pour l’humanité. Grothendieck rejoint ce groupe dans les années 50-60. 
En 67 l’armée finance 30% de la recherche française et 70% de la recherche en électronique. C’est le contexte de la guerre froide et la crainte de la guerre atomique est dans tous les imaginaires. Il y a aussi une certaine remise en cause du scientisme par les syndicats, en particulier comme critique à l’automatisme et la destruction de travail humain qu’elle génère. Les deux grand théoriciens de la critique scientiste de l’époque sont Castoriadis et André Gorz.

1ère vague

En 1970 le groupe ‘Survivre’ est fondé par Grothendieck à la suite d’une visite aux US où il y a un mouvement antimilitariste fort dans le contexte de la guerre de Vietnam. Survivre dénonce l’emprise que l’armée exerce sur la recherche et ce dans une perspective survivaliste et avec une forte composante de moralisation de la recherche. Ils ont contribué à créer le mouvement d’objecteurs de conscience scientifique qui a initié celui des objecteurs de conscience militaires.
La posture moraliste touche les hippies mais pas les scientifiques, qui a cette époque sont majoritairement au PCF. Cette posture part du principe de la science neutre.
Le groupe veut faire advenir une nouvelle façon de faire de la recherche, qui serait subordonnée aux besoins de l’homme: chaque action est une recherche.

2ème vague

Critique de la position neutre de la science. Impérialisme scientifique et subversion culturelle. Sortie de la position moraliste avec une croisade contre le scientisme, c’est à dire en affirmant que la science fait partie du problème.Critique de la médecine comme outil d’objectivation des malades. Ils prônent le développement de techniques appropriées au défi écologique, ce qu’on appellerait maintenant le low-tech. Par ailleurs, en 72 a lieu le 1er congrès altermondialiste.Subversion culturelle:

  • Remettre en avant un rapport vécu à la nature (s’éloigner du rapport purement technique)
  • science = position d’expert, verticale. Critique de la position des experts

3eme mouvement

A la fin de cette période un évènement marque ce collectif: Ils dénoncent l’existence de futs à déchets radioactifs sur le plateau de Saclay. Ca fait un peu scandale mais le groupe peine à fédérer les habitants du plateau tandis que le CEA réagit en les remerciant et en déménageant lesdits futs à La Hague.  Ainsi, le groupe pense que leur mouvement et le mouvement écologique dans son ensemble est juste récupéré par le capitalisme. Et, qu’au fond, ils servent à le rendre plus résilient avec leurs critiques. Par exemple, en 71 est l’année de création du Ministère de l’environnement et en 74 la première candidature écologiste à la présidentielle (René Dumont). Une fraction du collectif pense que l’écologie dérivera forcément en écofascisme, c’est à dire un flicage au nom de l’écologie et du bien-être. Cela amène une scission au sein de groupe.

Raisons de la fin du mouvement

En 75 le journal Survivre… et vivre cesse de paraître. Où est passé leur héritage? Deux réponses possibles:

  • D’un côté la gauche arrive au pouvoir en 81 ce qui entraîne un dé-radicalisation (tassement de la critique, affaiblissement de la production d’idées). 
  • De l’autre, des petits groupes issus de Survivre se diluent dans le mouvement altermondialiste. Le mouvement se scinde en 2 tendances: néoruraux (moins de politique) et d’autres petits groupes à la campagne (toujours politiques mais moins audibles)

Recher en milieu camarade

Les intervenants exposent ensuite leur vision d’une recherche en dehors du milieu académique. Pour cela ils définissent le milieu camarade, qu’on peut identifier à celui des ZADs.
Donc, à la question qui anime le séminaire, les intervenants répondent oui, il faut continuer la recherche scientifique, mais en dehors du milieu académique et ils proposent de faire de la recherche dans le milieu camarade. Une raison est stratégique: ne pas déserter les sciences qui sont un outil puissant de compréhension du monde. Ils essaient donc de construire un  troisième choix entre monde académique (bouché) et monde privé (au service du capital).
Examples? Alexander Samuels fait des recherches sur les gaz lacrymo. Il y a des naturalistes dans les ZAD
Quelle question scientifique se posent les gens? Puis essayer d’y répondre.

Questions/débat

  • Marco: question des rendements négatifs = de + en + de moyens pour peu de résultats
  • Pacôme: question du financement, question du positionnement par rapport aux autre projets: nuit debout, université volante, associations, université populaire, ouverte. Question de l’organisation. Rapport à l’institutionnalisation -> organisation = institutionnalisation. Récupération
  • Héléne B.: c’est pas le pire d’etre chercheur permanent ds certains domaines. Le milieu académique est un territoire de lutte
  • Isabelle G.: la recherche en dehors des laboratoires, ca existe déjà, dans certain milieux militants, eg OGM, agroécologie, plus de recherche utile en dehors. Question du financement: moyens de la recherche publique. Alliance entre recherche publique et alternative.
  • Intervenants: Comment je prends partie dans la lutte en cours. Question du financement résolu par le milieu camarade (hors du capitalisme). Pratique des sciences ancrés sur le territoire: sciences autre que juste utilitariste
  • Marie-Anne A.: il y a eu une grosse lutte dans la science des syndiqués
  • Intervenants: Alliance avec les syndicaliste, mais limites du syndicalisme