Mettre la planification énergétique en démocratie. Enjeux sociaux et participation citoyenne dans les études de RTE et de l’ADEME.

Baptiste Soubra,  doctorant en Sciences, Technique et Société au Cnam et membre d’Ingénieurs sans Frontières.
lundi 11 avril 2022, à 16h, en mixte présentiel/distanciel.

Résumé:

Les transitions font débats. Pas tant sur l’objectif à atteindre que sur les chemins à suivre et les décisions à prendre pour l’atteindre. A l’heure où nous saisissons la complexité et les interdépendances des systèmes que nous cherchons à transformer, s’orienter, faire des choix semble de plus en plus difficile. Dans cette complexité les méthodes de planification, exercices de scénarisation et autres approches prospectives sont utilisées à différents niveaux, par différents acteurs comme des outils d’exploration des futurs possibles, et d’aide à la décision. Dans le domaine énergétique de telles méthodes servent aux gestionnaires de transports (RTE pour électricité en France) à prévoir la maintenances et le remplacement des lignes à très hautes tensions, aux gestionnaires de sites de production à décider, à l’heure près, de la quantité d’énergie à produire en fonction de la demande et des prix du marché, ou plus récemment à dessiner des futurs possibles pour le mix énergétique français. Ce dernier usage fait sortir la planification des laboratoires et des espaces d’orientation stratégique des grandes entreprises de l’énergie, pour les amener sur les scènes de la politique et de l’action publique. Les récents exercices de scénarisation portés par RTE et l’ADEME ont été amené dans l’espace public comme des outils d’orientation et de débat pouvant servir d’appui aux différents argumentaires. Cette intrusion de la planification dans le débat public soulève des questions d’ordre épistémologiques et démocratiques.

    En m’appuyant sur une première analyse des méthodologies des études “Futurs énergétiques 2050” de RTE et “Transitions 2050” de l’ADEME je vous propose de prendre du recul sur la “planification énergétique” comme un objet pouvant à la fois être considérer comme un outils d’exploration scientifique et un outil de construction des politiques publiques. Je chercherai à replacer ces études par rapport aux différentes problématiques sociales, démocratiques, sensibles, techniques ou encore économiques que soulève la “transition énergétique“, pour comprendre auxquelles de ces problématiques la planification cherchent à répondre et comment elles intègrent ou non à leur périmètres des aspects non-techno-économiques des enjeux énergétiques. Cela me servira de base pour soumettre à la discussion des axes de réflexions sur ce que pourrait être une méthodologie de planification énergétique se voulant socio-technique, ouverte et démocratique.