Archives de catégorie : Billets

Accaparement de territoires pour la transition énergétique

Le cas de l’isthme de Tehuantepec

Les présentations suivantes sont adaptées d’une table-ronde tenue le 29 Septembre 2021 à l’École Polytechnique à destination des étudiant.e.s du plateau de Saclay dans le cadre de la semaine du développement durable organisée par l’association étudiante Next. Elle fut l’occasion d’accueillir les témoignages et analyses d’Andrea Manzo et Norberto Altamirano Zárate, de la communauté autochtone zapotèque d’Union Hidalgo, Isthme de Tehuantepec, Oaxaca, Mexique, et de Josefa Sanchez Contreras, de la communauté autochtone zoque de San Miguel de las Chimalapas, Isthme de Tehuantepec, lors de leur campagne française pour défendre leurs territoires organisée par StopEDF Mexique. Ces interventions ont été complétées par une présentation de l’Écopolien visant à lier leur cause avec le contexte de l’ingénierie en France et par une présentation de deux ingénieur.e.s désert’heureuses, Jo et Milan, sur le rôle des ingénieur.e.s face aux transformations socio-écologiques en cours.

Contenu (par ordre de présentation le 30/09/2021) :

Présentation de Josefa Sanchez Contreras : Violation des territoires autochtones par EDF au Mexique au nom de la transition énergétique

L’urgence de réduire les émissions de gaz à effet de serre et la nécessité d’une transition énergétique capable de dépasser le régime des combustibles fossiles sont incontestables. Or, la transition énergétique annoncée déploie une série de projets éoliens et photovoltaïques qui restent ancrés dans la dépendance fossile et extractiviste. Dans ce contexte de crise énergétique, les projets éoliens classés comme renouvelables ont gagné en popularité et en publicité, sans tenir compte des problèmes sociaux, économiques et environnementaux structurels au sein desquels ils s’inscrivent.

Notre critique de la transition énergétique est issue de la réalité à laquelle nous sommes confrontés, nous les peuples indigènes qui vivons dans le sud du Mexique, plus précisément dans la région de l’isthme de Tehuantepec, à Oaxaca (le morceau de terre le plus étroit du pays qui relie l’océan Pacifique à l’Atlantique), région où vivent les peuples Zoques, Mixes, Zapotèques et Ikoots.

Dans cette région du Mexique, nous menons une lutte pour la défense de nos terres communales (1) face à la spoliation provoquée par les projets extractivistes et énergétiques. Au centre de l’isthme, nous, le peuple Zoque, vivons dans la forêt de Chimalapas, où nous luttons contre le projet d’exploitation minière à ciel ouvert que la société canadienne Minaurum Gold Inc. envisage d’exploiter.

Pendant ce temps, le plus grand corridor de parcs éoliens d’Amérique latine, qui comprend 5000 éoliennes sur un peu plus de 100 000 hectares de propriétés communales, est en train d’être déployé sur toute la plaine méridionale de l’isthme, juste au bord de l’océan Pacifique. En 2020, 2 123 éoliennes étaient installées, en majorité par des investissements espagnols (principalement Iberdrola et Acciona), à hauteur de 65%, suivis d’EDF qui a investi sur trois parcs éoliens dans la région.

Dans cette même région, et en parallèle de l’installation de parcs éoliens, des projets d’exploitation minière à ciel ouvert tentent de s’imposer.

Ainsi se dévoile la relation étroite qu’entretient l’extractivisme avec les infrastructures éoliennes qui le soutiennent. L’énergie éolienne massive et centralisée ne constitue pas une alternative pour atténuer le changement climatique, il existe une relation profonde entre l’éolien et l’exploitation minière qui se caractérise principalement par deux points :

  1. L’infrastructure éolienne nécessite du minerai : Selon une recherche scientifique publiée par Ecologistas en action (https://www.ecologistasenaccion.org/), “la transition vers les énergies renouvelables dans les systèmes énergétiques qui dépendent des combustibles fossiles pour plus de 80-90% de leur approvisionnement énergétique implique une augmentation énorme des minerais nécessaires pour installer toutes les nouvelles centrales d’énergie renouvelable (Transition vers les énergies renouvelables et besoin en minerai https://www.ecologistasenaccion.org/133199/transicion-a-energias-renovables-y-demanda-de-minerales/ ). Il s’agit principalement de cuivre, de plomb, de zinc, d’aluminium et de fer, alors que dans le même temps, les niveaux d’extraction de néodyme, de lithium, d’argent et d’indium augmentent de manière exponentielle”( Selon un article paru en septembre 2019 dans le magazine Foreign Policy).
  2. Les compagnies minières investissent dans des parcs éoliens pour compenser les déversements de produits toxiques et les désastres environnementaux qu’elles provoquent dans d’autres territoires. Le cas d’Industrial Minera Mexico, entrprise minière de « Grupo Mejico » à laquelle appartient aussi Cinemex en est une illustration. C’est une entreprise responsable de la plus grande catastrophe environnementale de l’histoire de notre pays. L’un de ses projets a contaminé les affluents de la rivière Bacanucchi à Sonora, dans le nord du Mexique (https://www.tomatazos.com/noticias/386305/Grupo-Mexico-empresa-a-la-que-pertenece-Cinemex-podria-ser-suspendida-por-danos-al-medio-ambiente – lien en Espagnol). La société minière possède son propre parc éolien dans l’isthme de Tehuantepec, appelé “El retiro”, qui produit 220 GWh par an et alimente tous les cinémas Cinemex du pays (chaine nationale de cinémas qui appartient à l’industriel) et d’autres sociétés du Grupo Mexico. Grâce à cela, l’industriel calcule qu’il a baissé son émission de 115 tonnes de CO2 chaque année, soit la même quantité que celle émise par 24 658 voitures, un argument qui lui a valu le certificat d’industrie propre accordé par le Bureau du procureur fédéral pour la protection de l’environnement (PROFEPA).

Toutefois, ce lien étroit est éclipsé par l’urgence d’une transition énergétique rendue nécessaire par l’accélération du changement climatique, où la production d’énergie éolienne est apparue comme une alternative. Ainsi, à partir de nos territoires, nous pouvons appréhender les deux faces de la “crise énergétique” actuelle :

  • Côté pile, une petite élite de pays de l’hémisphère nord (France, l’Allemagne, l’Angleterre, …) où la crise énergétique est scandaleusement montrée comme une pénurie de ressources qui menace de ne pas soutenir la forte consommation d’énergie que les villes et les modes de vie occidentaux ont eu jusqu’à présent. Pour donner un exemple, en 2015, selon un rapport d’Oxfam Intermón (https://www.oxfamintermon.org/es – trouver référence en français ?), les 10 % les plus riches de la population mondiale ont produit 50 % des émissions de CO2 dues à la consommation individuelle, tandis que la moitié la plus pauvre de la population n’est responsable que de 10 % des émissions mondiales”.
  • Côté face de la crise énergétique, dans le sud du monde, nous ne sommes pas terrifiés par l’horizon de la rareté des ressources, car il existe des communautés qui, même au XXIe siècle, n’ont pas l’électricité. En 2010 “5,1% de la population de Oaxaca vivait dans des maisons sans service d’électricité, jusqu’à cette année-là c’était le pourcentage le plus élevé du pays et bien supérieur à 1,9% à l’échelle nationale”. Ces chiffres coïncident avec la tendance mondiale, puisque la même année, on a constaté que 10% de la population mondiale disposait de 40% de l’énergie mondiale.

Ainsi, le visage de la crise énergétique telle que nous la connaissons se révèle par les projets miniers extractifs requis par la demande mondiale et plus récemment par l’installation de parcs éoliens massifs et centralisés non sans conséquences sur l’environnement et les populations :

  • irrégularités qui violent les droits autochtones
  • violence systématique contre la population en général (1)
  • violences directes contre les défenseurs sur le territoire, telles que rapportées par l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’homme (Observatorio para la Protección de los Defensores de Derechos Humanos). (“Mexique : Menaces, ciblage et stigmatisation à l’encontre des membres de la communauté autochtone au Mexique. Unión Hidalgo (Oaxaca) “, Organisation mondiale contre la torture, 18 juin 2019, disponible sur : https://www.omct.org/es/humanrightsdefenders/urgentinterventions/mexico/2019/06/d25388t/)
  • démantèlement des biens communaux, contribuant ainsi à l’accélération du processus de privatisation des terres
  • augmentation de la violence régionale par le biais de conflits locaux entre chefferies syndicales qui contrôlent l’accès à l’emploi.

La société semi-publique Électricité de France fait partie des investisseurs de ce projet éolien. Par l’intermédiaire d’EDF Renewables, Électricité de France a installé trois parcs éoliens sur l’isthme :

  • Le premier parc éolien, appelé La Mata, a commencé à être installé en 2009 dans le village de La Ventosa. Il se compose de 27 éoliennes de 2,5 MW et l’énergie qu’il produit alimente en électricité le magasin Walmart situé à proximité.
  • Le deuxième projet éolien, appelé Bii Stinu, est une extension du projet éolien La Mata/La Ventosa. Elle se compose de 82 turbines produisant 67,5 MW et cette électricité est fournie à un large éventail de groupes mexicains et internationaux dans le cadre d’accords de fourniture à long terme.
  • Le troisième parc éolien de Santo Domingo est composé de 80 turbines produisant 80 MW. L’énergie produite est livrée à diverses entités de deux entreprises du secteur privé.

EDF tente maintenant d’installer un quatrième parc éolien dans la communauté zapotèque de Unión Hidalgo et à Juchitán de Zaragoza (l’agence municipale La Ventosa). EDF a baptisé ce projet “Gunaa Sicarú” (qui signifie “jolie femme” en zapotèque), qui prévoit l’installation de 96 éoliennes sur 4 400 hectares de propriété communale (44 kilomètres carrés), avec une capacité de production de 300 MW. Selon EDF, cela équivaut à la consommation de 473 000 habitants au Mexique et évitera l’émission d’environ 524 000 tonnes de CO2 dans l’atmosphère.
Le développement de l’énergie éolienne dans l’isthme continue de consolider, d’intensifier et d’étendre les infrastructures capitalistes, la violence d’État (1) et le développement des infrastructures qui, dans leur forme actuelle, perturbent les moyens de subsistance, les cultures et les écosystèmes locaux.

Ainsi, ce que nous remettons en question, ce sont les modèles de production et de consommation capitalistes et la centralisation de l’énergie, dans le cadre desquels ce que l’on prétend être une énergie renouvelable implique en fait de nouvelles formes de spoliation et colonisation. C’est pourquoi nous disons qu’il n’y aura pas de véritable transition énergétique si elle se base sur la spoliation, la violence et le démantèlement de nos terres communales.

La redistribution et la décentralisation de l’énergie sont nécessaires. Et surtout, une révision de la consommation dans les pays du Nord est nécessaire. Ce qui est clair, c’est que les problèmes énergétiques et environnementaux ne seront pas résolus si les mesures viennent des entreprises qui administrent la crise, tout comme ils ne seront pas résolus si les mesures restent ancrées dans l’ordre colonial, capitaliste et patriarcal(1).

Soulever et questionner les limites des énergies renouvelables n’est pas seulement la responsabilité des peuples autochtones qui défendent des terres communales et des territoires riches en biodiversité, c’est aussi la responsabilité de la société française face à ses gouvernants et aux entreprises de leurs pays qui centralisent et privatisent l’énergie tout en pillant et saccageant dans d’autres parties du monde au nom de la transition énergétique.

Notes
  1. (extrait du billet sur le blog mediapart) En effet, ces parcs éoliens industriels sont d’abord à l’origine de nombreuses dégradations environnementales: pollutions des eaux et des terres arables dues au ruissellement de l’huile des turbines, circulation des eaux souterraines perturbées par les fondations en béton, massacre d’oiseaux migrateurs et des chauve-souris qui régulent la population de moustiques ce qui favorise la propagation de la dengue dans la région, etc. 
    Mais l’installation des parcs ont surtout des conséquences sociales graves, en contribuant à la désintégration du tissu social istmeño et à la violation des droits humains: ces projets portés par des multinationales comme EDF reposent sur la privatisation illégales de terres communales, dépossédant ainsi les peuples autochtones de l’isthme de leurs usages traditionnels et de leurs territoires. Ils divisent la population, favorisent les conflits locaux et les violences contre les opposant-es aux projets.
  2. Isthme de Tehuantepec – Manifeste du Collectif Stop EDF Mexique
  3. PETITON : “STOP EDF Mexique : Non à l’écologie coloniale !”

Présentation Écopolien : Visions d’ingénieurs et colonialisme énergétique

1. Qui sommes nous ? Et l’enchevêtrement de menaces écologiques

Nouveau régime climatique, érosion de la biodiversité, limites des ressources, pollutions.

Emmanuel Ferrand : Enseignant-chercheur en maths (SU), X90.

L’Atelier d’écologie politique francilien réunit des membres des institutions de l’enseignement supérieur et de la recherche de toutes disciplines, souhaitant participer à la construction, en région francilienne, d’une communauté de scientifiques préoccupé.es par les questions écologiques.

L’Atelier entend tisser des liens entre des connaissances dispersées et réfléchir à la façon de les partager avec l’ensemble de la société. Il souhaite travailler avec elle aux moyens de changer en profondeur les modes de fonctionnement socio-économiques actuels.

L’Atelier regroupe des chercheur.es d’une très grande variété de disciplines et s’adresse à tous les établissements d’enseignement et de recherche de la région parisienne.

Remarque : Nous entendons ici la politique non pas au sens de “partisan” ou de “calculateur”, mais “bien plutôt comme ce qui touche soit à la totalité de l’ensemble social, soit à l’organisation morphologique ou structurelle de la société (et en particulier à ses divisions).” (Lacroix 1981)

Pour la suite de cette discussion, nous ne reviendrons pas sur les divers constats qui font consensus au sujet des diverses « crises » entremêlées (GIEC / IPCC, IPBES, …) induites par les activités humaines, principalement dans les pays riches. Voir aussi la slide sur «la grande accélération ». Ces constats sont des prérequis de notre réflexion.

La grande accélération. Will Steffen et al, 2015.

Alexis Tantet : Je suis chercheur au laboratoire de météorologie dynamique, enseignant au département de mécanique, travail sur les questions d’écologie politique au sein de l’Écopolien et engagé sur des problématiques socio-écologiques. Il est donc important pour moi d’expliciter quelle casquette je prends pour m’adresser à vous aujourd’hui. Étant à Polytechnique, il me semble qu’il serait hypocrite de laisser ma casquette d’enseignant de côté. J’ai à ce titre un devoir de neutralité, or  ce concept est remis en question par la sociologie de sciences techniques. Le devoir d’impartialité me paraît plus pertinent. Nous allons délivrer un discours rationnel et fonder avec une critique de la version dominante de la transition énergétique et montrer que d’autres approches de l’écologie politique existent, sans chercher pour autant à imposer une position plutôt qu’une autre. Je m’inscris ainsi dans une démarche impartiale et moins réductrice qu’un discours qui présenterait la croissance verte comme seule réponse possible aux enjeux socio-écologiques.

Si l’exemple de l’isthme de Tehuantepec montre qu’une certaine conception de la transition énergétique est utilisée pour justifier des projets extractivistes d’énergies renouvelables qui posent problème, il ne s’agit pas de remettre en question les constats des menaces écologiques. La sortie du dernier rapport du GIEC et la multiplication des désastres climatiques de cet été devraient suffire à nous le rappeler. Biodiversité, cycles biogéophysiques, pollutions, toutes ces menaces sont enchevêtrées. Enfin, ce n’est pas le caractère moins émetteurs des énergies renouvelables par rapport aux énergies fossiles que nous questionnons, mais plutôt le solutionnisme technologique qui nie les interdépendances entre écologie, énergie et matière, comme le montre par exemple un récent rapport de l’Agence Internationale de l’Énergie.

2. Des problèmes pour les d’ingénieurs

Réductionnisme, “gouvernance par les nombres”, solutionnisme, TINA.
“Ainsi l’économique est sinon la mécanique elle-même appliquée à l’équilibre et au mouvement de la richesse sociale, comme l’hydraulique est la mécanique elle-même appliquée à l’équilibre et au mouvement des liquides, du moins une science analogue à la mécanique.”

Alexis : Le projet d’EDF à l’isthme de Tehuantepec est motivé entre autre par une réduction des coûts des éoliennes renforcée par des politiques d’incitation économique. Il s’inscrit dans un projet de transition énergétique mondialisé piloté par les grandes entreprises et les états, faisant peu de cas de l’omniprésence d’additions plutôt que de transitions énergétiques dans l’histoire de capitalisme. Le bienfondé d’un tel projet repose sur l’hypothèse économiciste selon laquelle un optimum social existerait et pourrait être atteint par les dynamiques marchandes une fois les externalités négatives évaluées et internalisées. Il reviendrait donc aux ingénieurs des administrations publiques et des grandes entreprises de gérer les crises écologiques.

L’idée même du bien-être social repose sur une conception du corps social homogène et apaisé, et fait table rase des différences de répartition des profits, des conséquences et du pouvoir de décision entre les groupes sociaux, une hypothèse d’autant forte à l’échelle internationale. De plus, malgré l’irréductibilité des incertitudes intrinsèques aux problématiques socio-écologiques, cette perspective rationaliste prétend que les sciences analytiques, par la modélisation et l’examen des chiffres, permettraient de prendre des décisions objectives et neutres tout en niant la nécessité d’arbitrages motivés par des intérêts, des valeurs et des représentations particulières. Une “gouvernance par les nombres” pour reprendre l’expression d’Alain Supiot.

Ainsi, cette approche réductionniste de l’écologie proscrit toute discussion publique et politique là ou la souveraineté populaire la justifierait. On assiste donc à une dépolitisation des questions socio-écologiques qui exclut d’autres approches de l’écologie politique. C’est la perpétuation du crédo : There Is No Alternative.

3. L’écologie, nouvelle frontière du capitalisme

Green New Deal, croissance verte, décorrélation.

Emmanuel : Nous nous reconnaissons dans cette définition du capitalisme: “Configuration historique spécifique des rapports marchands et des structures étatiques au sein de laquelle l’obtention d’un gain économique privé par tous les moyens, ou presque, est un objectif primordial et la mesure de tout succès.” (Wallerstein et al. 2014).

Un récit dominant aujourd’hui : une nouvelle économie, si possible « circulaire », disruptive (esprit startups) et largement basée sur le numérique se construit en opposition avec le vieux monde, celui des industries lourdes basées sur les fossiles, l’acier, le béton. Nous observons une invocation continuelle des crises environnementales pour proposer des « solutions » techniques monétisables. Exemple : IA , data et robotique pour l’agriculture « de précision ».

Le voisinage géographique de l’X sur le plateau de Saclay (« un écoquartier » !) est exemplaire de cette phraséologie. Mais ce sont bien les vielles industries qui sont en embuscade : EDF, Danone, Thalès, Bouygues et Total-Energies, devenu « acteur incontournable de la transition énergétique ». S’agit-il d’une démarche sincère, ou bien est-ce une appropriation et une instrumentalisation du bouillonnement d’idées suscité par les crises a fin de conquérir de nouveaux marchés ? L’écologie est la nouvelle frontière du capitalisme.

Nous constatons aussi l’entrisme de la finance et de la spéculation dans l’écologie : marché du carbone, notion très perverse de « compensation » écologique.

Enfin nous observons que, outre le développement géographique de nouveaux marchés par les grandes entreprises mondialisées comme EDF, on continue à susciter chez ici nous de nouveaux besoins, des nouvelles habitudes de consommation, des produits et des services inutiles (5G, etc), tous gourmands en ressources physiques, mais souvent extraites loin de chez nous.

4. Expansionnisme international et démantèlement du service publique de l’électricité

 

Emannuel : Le mot « colonialisme », que nous utilisons pour qualifier l’attitude d’EDF, n’est pas anodin. Dans le contexte des ressources énergétiques, s’agit d’une pratique malheureusement ancienne et massive : pétrole, gaz, nucléaire, ressources agricoles (plantations) et maintenant ENR.

Le projet colonial du XIXème fut aussi justifié, entre autres choses, « par la science » : rationalisation, gestion optimale des ressources, construction d’infrastructures, et ce particulièrement dans la France positiviste de Jules Ferry, qui n’hésitait pas à dire : «les races supérieures on un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures… Les nations européennes s’acquittent avec largeur, grandeur et honnêteté de ce devoir supérieur de la civilisation ».

Alexis : Il est important de comprendre que, contrairement au gazier Engie, EDF n’a pas toujours été présente à l’international. Cet expansionnisme fait suite à la déréglementation du secteur électrique dans l’Union européenne. Devenue société anonyme en 2004 et introduite en Bourse l’année suivante, EDF est désormais obligée de se plier à des règles financières qui conduisent l’entreprise à sous-investir dans le service public pour améliorer ses résultats financiers. Le retour d’expérience montre que cette stratégie, très contestable sur le plan éthique, comme on peut le voir avec le cas de l’Isthme de Tehuantepec, a également mis en danger le service public en France, exposant EDF à des risques financiers qui se sont souvent traduits par de lourdes pertes (Debregeas & Plihon 2021).

5. Technologies modestes et décroissance énergétique apaisée

Alexis : Si nous ajoutons à l’impératif de garder les combustibles fossiles dans le sol une critique du développement industriel des énergies renouvelables, nous trouvons-nous dans une impasse ? C’est bien le cas tant que nous nous interdisons de poser la question de la sobriété énergétique. Si une décroissance énergétique apaisée est incompatible avec un ordre social basé sur l’accumulation sans fin de gains économiques, alors il ne nous est pas possible d’envisager une sobriété choisie sans remettre en question l’ordre établi. Cependant, “l’émergence d’une organisation différente et plus satisfaisante du marché et de la société humaine n’est nullement exclue.” comme nous le rappelle Wallerstein et collaborateurs.

Emmanuel : Je pose la question (au public ingénieur) de la possibilité d’une science et d’une technologie modeste, consciente de ses limites. Toutes les valeurs de l’ingénierie ne sont pas à jeter : minimalisme, élégance, … Mais peut-être faut-il aussi parfois assumer la sous-optimalité.

Exemple : Projets off-grid de Wind Empowerment et Tripalium : Du strict point de vue de l’ingénieur il faut optimiser et donc faire des éoliennes plus grandes, loin des côtes, en connivence les structures (éventuellement répressives) d’un état assez solide pour garantir la maintenance et la logistique. Les conclusions techniques sont bien différentes si l’on prend au sérieux les externalités sociales et politiques.

Références

  • Masson-Delmotte et al. (Eds.), 2021. Climate Change 2021: The Physical Science Basis. Contribution of Working Group I to the Sixth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, IPCC. Cambridge University Press.
  • Díaz et al. (Eds.), 2019. Summary for policymakers of the global assessment report on biodiversity and ecosystem services of the Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services. IPBES, Bonn, Germany.
  • Steffen et al., 2015. Planetary boundaries: Guiding human development on a changing planet. Science 347.
  • IEA, 2021. The Role of Critical Minerals in Clean Energy Transitions. IEA, France.
  • Fressoz, J.B., Bonneuil, C., 2013. L’Evénement Anthropocène. Paris, France.
  • Supiot, A., 2015. La Gouvernance par les nombres. Fayard, Paris, France.
  • Gayon, V., Lemoine, B., 2014. Maintenir l’ordre économique. Politix N 105, 7–35.
  • Comby, J.-B., 2015. La question climatique. Genèse et dépolitisation d’un problème publique. Raison d’agir, Paris, France.
  • Boltanski, L., Chiapello, È., 2011. Le nouvel esprit du capitalisme. Gallimard, Paris, France.
  • Wallerstein, I., Collins, R., Mann, M., Derluguian, G., Calhoun, G., 2014. Le capitalisme a-t-il un avenir? La Découverte, Paris, France.
  • Moore, J.W., 2015. Capitalism in the web of life: ecology and the accumulation of capital. Verso, London, UK.
  • Pichler, M., Brand, U., Görg, C., 2020. The double materiality of democracy in capitalist societies: challenges for social-ecological transformations. Environmental Politics 29, 193–213.
  • Tordjman, H., 2021. La croissance verte contre la nature. La Découverte, Paris, France.
  • Mitchell, T., 2011. Carbon Democracy: Political Power in the Age of Oil. Verso, London, UK.
  • Martinez Alier, J., 2014. L’écologisme des pauvres. Une étude des conflits environnementaux dans le monde. Les Petits matins avec l’Institut Veblen, Paris, France.
  • Marrec, A., 2018. Histoire des énergies renouvelables en France, 1880-1990 (These de doctorat). Nantes.
  • Ferdinand, M., 2019. Une écologie décoloniale. Seuil, Paris, France.
  • Blanc, G., 2020. L’invention du colonialisme vert. Pour en finir avec le mythe de l’Éden africain. Flammarion, Paris, France.
  • Debregeas, A., Plihon, D., 2021. L’impasse de la libéralisation du marché de l’électricité et du projet Hercule: Pour la mise en place d’un service public de l’électricité. Les Économistes Atterrés, Paris.
  • Flipo, F., 2020. L’impératif de la sobriété numérique. L’enjeu des modes de vie. Éditions Matériologiques, Paris, France.
  • Carrey J., 2020, SansPetroleEtSansCharbon.fr
  • WindEmpowerment.org

Présentation des ingénieur.e.s Désert’heureuses

Jo : Ancienne élève de l’école de la promotion 2014, au sein de mon cursus j’ai décidé de m’orienter vers les énergies renouvelables car cela constituait une des rares spécialités où nous pouvions traiter des « enjeux climatiques et environnementaux ». Je me suis spécialisée en 4eme année dans l’intégration des énergies renouvelables dans les réseaux de transmission européens. Dans ma dernière année d’études m’investir dans des groupes et assos militantes m’a permis de me rendre compte de l’ampleur des dégâts et de réaliser que ce que je faisais ou était vouée à faire dans mon métier poursuivait exactement la même logique (développement industriel, économie mondialisée, extractivisme et colonialisme) responsable des problèmes que l’on se félicitait de résoudre. J’ai donc décidé de ne pas exercer le métier d’ingénieur car je ne voyais rien qui ne soit pas du « gros bullshit », pour reprendre notre cher jargon d’école d’ingé. Bref, en gros j’aurais pu si j’avais continué être une des ingénieures du projet d’EDF au Mexique, qui fait les études préalables de faisabilité technique et financière, d’analyse coûts / bénéfices, ou qui travaille sur la modélisation et l’optimisation du réseau électrique comprenant les éoliennes de l’isthme, mais j’ai choisi de déserter cette profession et de plutôt chercher les moyens qui me permettent de me placer du coté des personnes impactées par ces grands projets, donc me voilà aujourd’hui aux côtés des compas de l’Isthme. 

Milan : J’ai un diplôme d’ingénieur, je suis allé au bout de ma formation même si j’avoue ça ne m’a pas vraiment passionné. J’aimais surtout les maths mais au concours de l’ENS j’ai pas eu plus de 0,5/20 de moyenne, je me souviens plus du chiffre exact.

Polytechnique, j’ai même pas essayé. Je suis quelqu’un de combatif mais pas un militaire. Et puis quoi qu’il en soit j’avais aucune chance.

Vous qui pouvez devenir des gens influents, ne troquez pas votre âme contre du pognon, du prestige ou juste un peu de pouvoir. En vrai on nous prépare à ça à l’école dès notre plus jeune âge. Votre situation actuelle vous donne déjà une crédibilité sociale énorme, vous le savez très bien.

Peut-être que les plus idéalistes, les plus désintéressés ou les plus sensibles d’entre vous feront de la recherche ? Vous m’intéressez. Deux questions :

  • Ce sera dans quelle direction ces recherches ?
  • C’est quoi vos motivations profondes ?

Pour vous dire le fond de ma pensée : je pense que la recherche scientifique n’a aucun avenir et c’est tant mieux. Je pense que c’est un bon refuge pour personnes brillantes à l’école qui veulent pas trop se salir les mains en bossant trop explicitement pour le complexe militaro-industriel. Quelque part vous pensez que c’est neutre politiquement de faire de la recherche scientifique : vous, vous découvrez des choses, vous n’êtes pas responsables des applications qui peuvent en être faites. Mais qui finance ces recherches ? Est-ce que ce sont des structures ou des institutions qui vont dans le sens de l’émancipation des individus et des sociétés humaines ? Est-ce que ce sont des structures ou des institutions qui tentent de prendre soin de la vie sur Terre ?

Évidemment je pose des questions auxquelles j’ai mes propres réponses.

Mais je vous comprends et j’ai failli moi-même me faire piéger. Vous aimez réfléchir, vous aimez vous prendre la tête sur des trucs complexes, votre intellect a faim. Mais non de nom, y a beaucoup de choses très intelligentes à faire qui mettent pas de côté ces questions vitales :    

  • Quel sens ça a ce que je suis entrain de faire ?
  • Suis-je entrain de faire croître une force qu’il me semble bon de faire croître ?
  • Au nom de quoi ?

Ne perdez pas votre âme d’enfant s’il vous plaît.

Désolé de vous dire ça mais tout est pourri dans la voie toute tracée dans laquelle vous êtes embarqués. Parole de joyeux luron !Beaucoup de gens bifurquent tard dans leur vie, mais vous, faites-le le plus vite possible !

Sortez de votre milieu, allez vous frotter au réel, rencontrez véritablement les gens, apprenez-leur des choses biensur, mais apprenez aussi des choses d’eux. Surtout ne les prenez pas de haut, c’est tellement bourgeois, c’est tellement factice et c’est un manque de curiosité qui tient de la stupidité.

Ami.e.s intellos, on a qu’une seule vie et qu’un seule planète Terre aussi !  

La Chose : groupe militant contre l’ordre électrique et la transition énergétique, et pour l’autonomie énergétique, coupée des dépendances aux macro-systèmes techniques de l’énergie. Sous couvert de volonté de « décarbonation de l’énergie » la transition constitue la nouvelle « solution » par les multinationales et les états et même toute une partie des écolos, La Chose s’organise pour dénoncer le fait que ce n’est qu’une addition et non pas une transition, et que tout cela continue de reposer sur les mêmes systèmes extractivistes et coloniaux comme nous le témoignent les luttes des compañeroas de l’isthme. 

Au sein de La Chose nous nous sommes rendu compte que l’on retrouvait quelques personnes ayant suivi des études d’ingénieur.e.s, mais qui avaient fait le choix de ne pas poursuivre dans cette voix. Nous avions envie d’adresser des messages aux ingénieur.e.s et nous sommes retrouvés pour écrire des textes à leur adresse, témoignant de notre critique par rapport à ce métier et de nos expériences de désertion. De là est venue l’écriture d’une brochure et la volonté de nous organiser pour parler de désertion des ingénieurs, de rendre la désertion désirable et de la politiser, d’interroger les ingés sur leur place et surtout d’aller plus loin et de nous mobiliser pour trouver les moyens de nous placer du coté des luttes et de l’autonomie, de l’« écologie sociale » plutôt que des industries.

Ce qu’on a envie de vous dire ici c’est posez-vous les bonnes questions maintenant sur votre place, votre “utilité sociale”, les implications d’être dans un école comme Polytechnique. Car plus vous attendrez et plus ce sera difficile de tout remettre en question, comme en témoignent de plus en plusd’ingénieur.e.s ces derniers temps. Etre à Polytechnique ce n’est pas anodin, cette école porte un lourd héritage colonial et industriel, et de domination de classe, et vous en faites partie, que vous le vouliez ou non, il faut développer votre regard critique sur ces institutions et cela ne vous sera pas apporté par ces dernières, c’est à vous de faire le travail. 

Atelier d’écologie politique francilien: An interview by Burnout

A l’été 2019, pendant qu’elle était doctorante à l’Université de Chicago, Clara del Junco a réalisé un séjour de recherche au Laboratoire Jean Perrin. Elle a notamment été témoin de l’engouement de certains scientifiques pour les questions écologiques. Elle-même préoccupée par les questions écologiques en lien avec la pratique scientifique, elle décide de lancer un hors-série avec sa collègue Mathilde Gerbelli-Gauthier un an et démie plus tard. Cet hors-série s’intitule: Burnout: a zine about academia, travel, and climate change et il est disponible ici. L’interview ci-dessous est tiré de cet hors-série.

Atelier d’écologie politique francilien: An interview with André Estevez-Torres

The Île-de-France political ecology workshop (Atelier d’écologie politique francilien) brings together members of higher education and research institutions in all disciplines, who wish to participate in building a scientific community centered around questions of ecology and climate change in the Paris area.

The workshop’s goal is to weave together knowledge from scattered traditions and to reflect on how to share it with society at large. We wish to work beyond academia on ways to radically change the current socio-economic structures.

Our initiatives include a public-facing seminar, publication of political ecology texts, and calling upon academics to reflect on the position of researchers in the current environmental context.

In short, the workshop’s aims include but are not limited to: building long-lasting bridges between various disciplines in order to tackle the complexity of the problem, changing our research practices, and establishing a dialogue with the public.

André Estevez-Torres is a senior researcher of chemistry and physics at Sorbonne University and CNRS and a member of the Île-de-France political ecology workshop.

Can you define political ecology?

I think that there are two definitions. One corresponds to the academic discipline that takes as a working hypothesis that we cannot understand environmental change (for example the degradation of agricultural land, or forest) just from a biophysical point of view, but that we also need politics and relations of power to understand environmental transformations. The second one refers to an ideology, in the same way that  marxism or capitalism are ideologies, that mainly says that the environmental impact of our society needs to be treated politically. This ideology challenges the notion of progress–which marxism or capitalism do not do–and basically says that human political issues will be greatly influenced by the environmental impact of our civilizations.

How was this group born? What movements or schools of thought do you see as the historical basis or inspiration?

Since the fall of 2018, there has been an increasing awareness in many countries about the dramatic climatic and environmental challenges that we face. Greta Thunberg was an icon of this movement in the western world. In France, a key moment was the resignation of Nicolas Hulot – a national icon, we could say- as ministry of Ecology, and the ‘gilets jaunes’ demonstrations, that crystallized the great difficulty to make a synthesis between ecological and social urgencies. In France, this awareness spread to the academic world, principally with the creation of two groups through the publication of two manifests in the spring of 2019. One of these groups is Labos1point5 -referring to the 1.5C report-, that seeks to put research objectives in agreement with the constraints of the Paris agreement. The second one, is the Atelier d’écologie politique de Toulouse (Atecopol), who has a more political, and we could say, more radical approach, of challenging research and social practices in the light of the dramatic climatic and environmental challenges, and was founded around Jean-Michel Hupé, a former neuroscientist. Our Atelier d’écologie politique francilien (Ecopolien), was born a little later, in the fall of 2019, in the greater Paris area, as an offspring of the Toulouse group. Both groups seek to bring together academics of all disciplines that want to act in reaction to this challenge. On one hand, to think from an ‘indisciplinary’ approach about this challenge and, on the other, to convey to the general public a political ecology view of this problem. As far as I know, the Toulouse group is quite influenced by the degrowth movement, in particular through the Barcelona school, of which one of the current representatives is Giorgios Kallis. We are also influenced by Philippe Descola, a French environmental anthropologist. In any case, many of us are just discovering this ‘field’ and we are reading and discovering the main schools of thought, such as Nicholas Georgescu-Roegen, for instance. Currently, many other cities of France are setting up their ‘Ateliers d’ecologie politique’, we call them the ‘Ecopols’.

Do you receive any funding for the Atelier’s efforts? 

Yes, both in Toulouse and in the Paris region it was important to get a bit of institutional funding, principally because it provides a professional legitimacy to our work. We have been funded by regional bodies that were, as far as I know, very interested in our approach. 

Do you feel generally supported in this work by your institution and/or has it been challenging to do it alongside your other academic work?

The French system still provides a great deal of academic freedom, principally due to the early-career tenured positions (that are, unfortunately, disappearing to embrace the american system of fierce competition). For this reason, it is relatively easy for tenured scholars to make an academic shift like this one without worrying too much about what the institutions -that are slow- think about it. However, we will need more and more institutional support if we want these kinds of movements to not stay purely marginal. I would say that our institutions have been reasonably supportive, or at least not reluctant.

You talk in the manifesto about the pressure to maintain a “neutral” discourse in academia about climate change related research. What does that mean and do you have a specific example of how this has played out for you or other members of the atelier?

Yes, academic neutrality about environmental issues is a rising subject of debate in France, with a number of Op-Eds being published in national newspapers. To me, this neutrality means that, in the public debate, scientists should restrict themselves to conveying and explaining the scientific facts, without taking a political stance. I am totally against this point of view. I think, of course, that scientists should be very careful about reducing biases to a minimum when they perform their research. However, I also think that they should actively contribute to the political life of the ‘polis’,  in particular concerning the daunting environmental challenge. I don’t have a specific example, but from a political ecology perspective we can say that there is no neutrality, in particular technological neutrality. The technologies that our society develops and the research topics that we undertake are all but neutral, and they are very much influenced by the dominant neoliberal ideology.

An idea that features prominently in the manifesto is the interaction with the general public and cooperation with popular movements. What has this looked like in practice or how do you envision it looking?

We organized in February our first conference/debate with the general public. The theme was ‘Faced with ecological disaster, does current political action measure up to scientific findings?’. Our wish is to bring specialists from both the social and natural sciences to these debates, as we share the principle, already exposed by Wallerstein, that to understand the great challenges of our time we need to overcome disciplinary barriers. We try our best to hold these conferences outside campuses, so that we reach a non-academic public. In addition, we also plan to make these conferences in the greater Paris area, and not only in the city center of Paris. However, the covid-19 outbreak has changed all our conference plans!

Concerning popular movements, I know that the Toulouse workgroup has important interactions with Alternatiba, an ecological alter-globalization movement. At Ecopolien, we have contacts with Sciences citoyennes, an association that promotes the interactions between research and citizens. In addition, we have worked with University unions and other movements during the recent strike against the new neoliberal Research Act planned by the government. We organized a debate session on the theme: ‘what role for the University in the current social and environmental crises?’ that was a great success, in particular among undergraduate students.

Why is it important to you that this group is specifically centered around a geographic location (île de France), as opposed to being a delocalized community (as many academic communities are)?

It is quite important. In the political ecology movement there is the intuition that solutions, at least some of them, need to be local. At Ecopolien, we want to know each other, to discuss frequently, to understand, act and influence our local communities -movements, neighborhoods, campuses, cities-. I think that, in order to do this properly, we need to know our local environment well. This is why, to me, this geographic location is important. However, we also have quite a lot of interactions at the national level. In particular among different local groups of the Ecopols, but also with colleagues of Labos1point5 -several of us, including myself, are active in both Labos1point5 and Ecopols groups. We are of course happy to talk and interact with international groups -maybe yours- but now our energy is focused at the local level.

In the manifesto you argue that interdisciplinarity is necessary to understand the complex scientific, social, and political problem of climate change. Do you see other advantages or possibilities of an interdisciplinary framework?

I think interdisciplinarity is key. The problems that we face are very, very complex. We simply cannot understand them from the point of view of a single discipline. But true interdisciplinarity is very hard to practice. I have practiced it to some extent in my research in biophysics, at the interface between physics, chemistry and biology. But what we are talking about concerning the ecological disaster has nothing to do with that, we are talking about mixing history with geology, biology and economics. 

The challenges of interdisciplinarity are at least three-fold. Firstly, most scholars have been bred in a disciplinary context, so that it is very hard for us to even think of interdisciplinarity (or even of my favorite word, indisciplinarity). Take for instance, teaching. My experience is that when we teach interdisciplinarity at undergraduate level, it is challenging to be rigorous, because the notion of rigor is probably different in different disciplines. With my rather monodisciplinary education, I would advocate for rigorous monodisciplinarity at the undergraduate level and multidisciplinarity at the graduate level. But I am probably wrong and we will have to invent a new way of teaching beyond disciplines. Teaching the Anthropocene could be a good way to build this multi- or indisciplinary approach. The second challenge of interdisciplinarity is to overcome the shock of cultures and vocabularies. At Ecopolien, we are trying to overcome that and I am very interested in observing what comes out of it. The third challenge of interdisciplinarity is institutional. Scientific institutions, at least in France and in Europe, are profoundly monodisciplinary. I am evaluated for doing physics or chemistry, but if I start doing history combined with geography, with a sort of physical approach, I will probably have problems with the institutions that publish and evaluate this work.

A final advantage of interdisciplinarity is that it is fun. It is very pleasant to discuss the terrible ecological problems that we are facing with my colleagues of Ecopolien.

What actions do you encourage readers of this zine to take? 

I would encourage them to take any sort of collective action related to the dramatic environmental and social challenges that our societies face. If they are in academia, they could question their research topics and practices taking into account that we live in a finite world, where many limits have been overcome. The same applies concerning their lifestyle and work if they work outside academia. These questions are too hard for an individual to face, that’s why we generally don’t face them. But talking out loud about them with other people is already of great relief, and hopefully will bring some solutions.

La santé et l’environnement sont-ils solubles dans la chimie ? Un cas d’école d’instrumentalisation des sciences par l’agro-industrie.

Communiqué de presse des scientifiques des ateliers d’écologie politique de Toulouse, Montpellier, Paris-Ile de France et Rennes, 27/10/2020

Dans une lettre ouverte, des scientifiques dénoncent la participation de l’INRAE à un colloque organisé par la Maison de la Chimie le 4 novembre prochain. Ce colloque, intitulé « Chimie et agriculture durable : un partenariat en constante évolution » est analysé comme un cas d’école de manipulation de la démarche scientifique à des fins d’influence. En effet, il annonce viser un large public, en particulier les jeunes et le personnel enseignant, alors que son programme souffre de sérieux manquements tant du point de vue scientifique qu’éthique.

Sur le plan scientifique, la présentation de la journée privilégie une approche agricole productiviste, notoirement inadaptée aux enjeux écologiques globaux et aux questions scientifiques sur la transition vers des systèmes alimentaires durables. Sur le plan éthique, la journée est caractérisée par une sous-représentation des recherches agroécologiques, la sur-représentation des industries, très peu d’intervenantes féminines, et inclut un animateur de session connu pour ses positions climatosceptiques. Ainsi, alors que nos systèmes alimentaires sont un enjeu de bien commun, ce colloque défendra principalement l’intérêt des industriels de la chimie tout en prétendant présenter une résolution scientifique consensuelle aux controverses.

Le directeur scientifique environnement de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) y est le seul représentant d’un institut de recherche public, apportant ainsi une caution académique à cette journée. Dans leur lettre, publiée sur le site internet de l’Atécopol, les scientifiques des ateliers d’écologie politique de Toulouse, Montpellier, Paris Ile de France et Rennes demandent au PDG de l’INRAE d’annuler la participation de son institut. Ils lui demandent également de mettre en place une ligne de démarcation forte par rapport à de tels événements car, selon les signataires, « les institutions publiques à vocation scientifique ont la mission essentielle de garantir l’absence de toute collusion entre la recherche académique et des intérêts privés qui pourrait se faire au détriment de l’intérêt général ».

Veut-on des énergies renouvelables ? Une question de contexte.

Pour l’édition 2020 de la Fête de la science de l’Institut Polytechnique de Paris, Alexis Tantet, membre de l’Écopolien et enseignant-chercheur au Laboratoire de Météorologie Dynamique de l’école Polytechnique, pose la question provocatrice : “Veut-on des énergies renouvelables ?”. Son but n’est pas d’apporter une réponse catégorique à la question, mais plutôt de montrer à quel point il est essentiel de prendre en compte le contexte énergétique, matériel, politique et social dans lequel sont intégrées les énergies renouvelables.